Menu

Voccitanie Eco
Fermer le menu

Le transport, une filière qui tient la route

5 840 entreprises et 49 191 emplois dépendent du transport routier et de ses activités auxiliaires en Occitanie. Les conducteurs constituent la part majeure de ces emplois, occupés désormais à 18 % par des femmes.

Ça roule pour le transport régional : telle pourrait être la conclusion des dernières études réalisées sur le sujet. Occupant 49 191 salariés au sein de 5 840 établissements (dont 44 % de patrons artisans), la région Occitanie a, en 2015, vu croître de 1 260 le nombre de salariés du secteur (soit une progression de 3 %) selon le dernier rapport de l'Observatoire prospectif des métiers et des qualifications dans les transports et la logistique (OPTL). Ainsi, "la région Occitanie est la seule région de France qui a une croissance des effectifs dans l’activité marchandises de +1 % alors qu’elle est nulle au plan national", note ce rapport. En outre, 7 salariés sur 10 sont des conducteurs (soit 35 000 au total) et la branche compte dorénavant près de 9 000 femmes en région, soit 18 % des effectifs. Si l'emploi salarié progresse, le nombre d'entreprises, lui, est en recul (-4,6 % en 5 ans). L’explication est double : face aux difficultés rencontrées par les acteurs de la filière, on constate une tendance à la concentration des entreprises et, hélas, à la disparition des plus fragiles. "71 % des défaillances sont dues à des cessations d’activité, 19 % à des liquidations judiciaires (ceci a concerné 402 salariés) et 12 % des défaillances sont dues à des redressements judiciaires (soit 546 salariés concernés)", précise l'OFTL. Dans sa dernière étude, l'Observatoire avance que les employeurs interrogés envisageaient une augmentation de 8 % de leurs effectifs durant l'année 2016. Et Françoise Gleyze, déléguée régionale de la Fédération des transports routier (FNTR) de compléter : "La filière manque aujourd'hui cruellement de chauffeurs routiers. L'offre d'emploi est plus forte que la demande." Le transport routier, comme la restauration, l’industrie ou l’informatique, fait donc désormais partie de ce que l’on appelle les métiers en tensions, qui n’arrivent pas à pourvoir les postes créés par leur développement.

 

À retenir

  • 49 191 : Nombre d'emplois dans la filière transport en Occitanie
  • 5 840 : Nombre d'entreprises évoluant dans le secteur
  • 18 % : La part des femmes dans le secteur

En complément

Inscription – Newsletters Voccitanie

Twitter